Pensez à personnaliser cette fonction pour améliorer votre référencement (à renseigner dans Informations > Métas tags par défaut)
Notre catalogue
Rechercher
Recherche par mot clé
Recherche par marques
Newsletter
Pour recevoir nos offres par e-mail inscrivez-vous à notre newsletter
» Renaturation des cours d'eau
Exporter en pdf  Exporter en pdf


Renaturation des cours d'eau 

 

Les cours d’eau et les habitats humides sont des milieux fragiles et sensiblesaux activités humaines.
Souvent recalibrés et exploités; Nos cours d’eau connaissent aujourd’hui des dysfonctionnements dommageables tant pour le milieu humain que pour la faune et la flore environnantes. La banalisation de leurs berges et de leurs lits perturbe leurs capacités de régulation des pollutions, d’alimentation des nappes et de régulation des crues, fonctions que les milieux humides assument gratuitement quand ils sont en équilibre naturel.

 

 

 

 


Les différentes collectivités et administrations compétentes prennent de plus en plus conscience de l’importance de ce patrimoine naturel et culturel.

 

 

 

 

Elles tentent de préserver cette richesse mais aussi de la restaurer lorsque cela s’avère possible. La notion de gestion globale à l’échelle du bassin versant d’un cours d’eau est devenue un préalable indispensable à toute réflexion sur la gestion des ressources en eau. 

 

Les différentes interventions 

 

Traitement de la végétation Stabilisation et végétalisation 

 

Objectifs : 

 

Les actions projetées dans le cadre du traitement de la végétation doivent répondre aux objectifs suivants :

 

 Assurer un bon écoulement des eaux

 --En préservant le lit de l'envahissement par la végétation et en prévenant le risque d'embâcles

 

Améliorer les capacités naturelles d'autoépuration du cours d'eau ainsi que maintenir ou favoriser les fonctions biologiques et paysagères des berges :

 

- En conservant ou en améliorant la végétation des berges, la diversité des essences, des

strates et des âges, ainsi que de leur port (les abris sous frondaisons favorisent la vie

aquatique et subaquatique),

- En privilégiant les essences naturelles intéressantes et adaptées pour la faune et assurant une bonne intégration paysagère,

_ Limiter les risques d'érosion de berges en supprimant les embâcles et la végétation qui gênent l'écoulement des eaux et en supprimant les essences végétales inadaptées (arbres dont le système racinaire ne permet pas d'assurer une bonne stabilité de la berge) ;

_ Le tronçonnage sélectif d'arbres, associé au maintien et à la plantation d'autres arbres aura des

conséquences sur la répartition ombre / lumière le long du cours d'eau et favorisera ainsi

l'alternance de bandes lumineuses, ouvertes, avec des zones plus sombres et fraîches. Les

habitats se trouvent donc d'avantage diversifiés

.

Description de l'opération :

La gestion de la végétation des berges consiste à :

_ Enlever des embâcles formés dans le lit de la rivière par la végétation : arbres déchaussés, arbres

poussant dans le lit, branches tombées dans le lit… ;

_ Couper les arbres ou arbustes sur les berges et élaguer les branches qui constituent une menace

de chute dans le lit ou une gêne considérable pour l'écoulement des eaux ;

_ Tailler ou recéper la ripisylve vieillissante et/ou dépérissante, si les arbres ou arbustes risquent de

tomber dans la rivière. Dans le cas contraire, ils seront conservés, car ils offrent des abris, des

perchoirs, des sites de nidification ou de nourriture importants pour la faune 

 

Objectifs :

 

Sur les secteurs où la végétation est quasiment absente (ou présente de manière ponctuelle), desplantations permettent de recréer des zones ombragées favorables à l’amélioration de la qualité du milieu aquatique et à la limitation de la prolifération d’herbiers et de plantes hélophytes dans le lit

mineur (amélioration des écoulements).

 

De même, la reconstitution d’une ripisylve par des plantations permet de créer un filtre en bordure de cours d’eau qui capte une partie des eaux de ruissellement qui proviennent du bassin versant et participe ainsi à l’auto-épuration des eaux et àl’amélioration de sa qualité.

 

Les plantations permettent de reconstituer une trame paysagère le long de la rivière, de créer un écotone (zone de transition) qui permet les déplacements de la faune mais également une identification de la rivière dans un paysage de plaine ou de fond de vallée.

 

Dans le cas des affluents secondaires, il s’agit de casser cet effet « fossé » en redonnant au cours d’eau un certain attrait paysager. Il faut cependant veiller à ne pas « enfermer » le ruisseau dans un couvert végétal trop dense.

 

L’intérêt étant de maintenir un certain nombre de secteurs ouverts sans végétation arborée afin de créer une alternance des zones « ombre/lumière » et donc créer de la diversité.

et favoriser le  développement de la

biodiversité, la liaison entre le milieu terrestre et le milieu aquatique.

 

Les plantations ont aussi une fonction de maintien et de stabilisation des berges dans les zones

dégradées soit par la rivière elle-même, soit par une pression animale trop forte.

 

· Description de l'opération :

 

On distingue 2 niveaux de plantations selon le type de secteurs et l'objectif des travaux :

_ Plantations denses : plantation d'un arbre et d’un bosquet de 4 arbustes pour 10 mètres linéairede berge. 

_ Plantations complémentaires : plantation d'un arbre et d’un bosquet de 4 arbustes pour 20

mètres linéaire de berge.

objectif 

protection des terres riveraines du cours d’eau contre les crues

protection des espaces agricoles ou urbanisés contre les phénomènes d’érosion liés à l’ajustement dynamique du cours d’eau

augmentation de la capacité hydraulique du lit en période de hautes eaux

Comment

surélévation des berges - bétonnage des berges (mur étanche de protection)

 Travaux d'entretien ulterieur Nature des travaux de gestion

 

 Objectif des travaux de gestion 

 

A l’issue des travaux de restauration du ruisseau, il apparaît nécessaire et indispensable d’entreprendre des travaux d’entretien régulier afin de permettre le développement de la ripisylve, de rechercher à améliorer sa qualité hydro biologique et piscicole, de garantir les ouvrages en bon état de fonctionnement, tout en favorisant la reprise progressive de l’état d’équilibre du ruisseau.

 

Au niveau du lit du cours d’eau :

_ Assurer un bon écoulement des eaux en préservant le lit de l’envahissement par la végétation (prolifération d’herbes aquatiques) et du risque de formation d’embâcles par le déchaussement d’arbres fragilisés ou morts.

Au niveau des berges du cours d’eau :

_ Assurer la stabilité des berges en limitant les risques de dégradation par le déchaussement d’arbres, en veillant à maintenir une végétation adaptée (système racinaire fixateur) et saine.

 

Au niveau de la végétation :

_ Améliorer les capacités naturelles d’autoépuration de la rivière, maintenir et favoriser les fonctions biologiques et paysagères des berges 

- en conservant la végétation des berges, en améliorant la diversité des essences, des strates et des âges, en favorisant le développement des jeunes pousses et en entretenant les plantations récentes,

- en favorisant les espèces intéressantes pour la faune et le paysage,

- en favorisant une alternance de zones ombragées et de zones ensoleillées.

 

Au niveau des ouvrages :

_ Assurer leur suivi afin de limiter leur encombrement pouvant occasionner des écoulements

préférentiels, voire de dégradations des ouvrages eux-mêmes,

_ S’assurer de leur étanchéité afin de conserver une lame d’eau minimum à l’étiage.

L’amélioration locale des conditions d’écoulement

Ces opérations concernent essentiellement les ouvrages de franchissement tels que les ponts ainsi que

des secteurs fortement encombrés.

_ Assurer les capacités d’écoulement des ouvrages lors des crues ;

_ Assurer la qualité générale du milieu pouvant être altérée par un manque d’écoulement.

 

Ces travaux doivent consister en un suivi régulier du cours d’eau et un passage sur les secteurs « sensibles » après les crues, tempêtes, etc.

 

 Au niveau du lit du cours d’eau

- Retirer les embâcles (bois et déchets divers) accumulés dans le lit, afin de diminuer la perturbation de l’écoulement des eaux et les phénomènes d’érosion de berges.

 

Au niveau des berges du cours d’eau

- Abattre les arbres basculés dans les cours d’eau ou menaçant d’y tomber et élaguer

les branches basses pouvant être gênantes pour l’écoulement des eaux.

- Couper et recéper sélectivement les arbres et cépées vieillissants ou dépérissants, permettant ainsi de conserver les meilleures tiges, de façon à redonner un cordon végétalisé de hautes tiges le long de la rivière.

Cette coupe sélective permettra de favoriser la variété des espèces, la diversité des strates (herbacée, buissonnante et arborée) et des âges.

- Pratiquer des tailles de saules en têtard sur les sujets les plus vieillissants.

- Supprimer les espèces non adaptées à la stabilité des berges.

Il s’agira d’une coupe sélective pour les peupliers de culture et les robiniers.

- Eliminer les végétaux rémanents, ainsi que les bois morts accumulés et déposés par les crues.

- Maintenir et favoriser les essences buissonnantes procurant des abris pour la faune

piscicole, ainsi qu’une protection des berges par l’action mécanique des branches.

 

Au niveau des ouvrages

- Enlever toutes les branches qui peuvent s’y accumuler.

- Eliminer la végétation ligneuse qui a pris racine dans les joints défectueux.

- Procéder à l’arasement ponctuel d’atterrissements.

_ Au niveau des plantations

- Un dégagement des plants par arrachage ou fauche y compris des herbacées qui risquent de les étouffer.

- Un agrandissement régulier de l’attache qui relie le plant à son tuteur.

Remarques sur l’entretien des plantations

On peut d’ores et déjà signaler que l’entretien des plantations (dégagement, taille, …) est assuré pendant deux années végétatives par l’entreprise qui a effectué les travaux lors du programme de restauration.

Une garantie d’entretien est en effet prévue dans le C.C.T.P. (Cahier des Clauses

Techniques Particulières) du D.C.E. (Dossier de Consultation des Entreprises) relatif aux travaux de

restauration.

Un programme d’entretien doit cependant être mis en place à l’issue de cette garantie. Il sera donc nécessaire d’assurer leur suivi..

 

 

Plan de coupe d'une renaturation 

 

 

 

Alors que la valeur écologique, environnementale et récréative des milieux humides apparaît comme étant évidente, leur valeur économique est souvent peu appréciée étant donné qu’ils fournissent gratuitement ou à des prix très faibles la plupart de leurs avantages à la société.

La valeur économique peut cependant se mesurer par le coût de remplacement d’une des fonctions du milieu humide : pour la fonction de filtration de l’eau par exemple par le coût d’aménagement d’une bande tampon ou de construction d’une station d’épuration.

Dans la même logique, la valeur économique de la fonction de stockage des eaux en période de crues peut se mesurer par le coût de construction d’un bassin de retenue.

 

 

Nous vous proposons des études afin de préserver vos cours d'eau et embellir vos communes. 

 

 

 

 

 

L’administrateur du site est actuellement en ligne! Discuter - posez vos questions à l’administrateur du site